Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > FR > Recrutements > Offres de thèses 2017

PCMT — Sélectivité des ions à la surface d’aérosols atmosphériques

par Webmestre - publié le

Direction de thèse : C. TOUBIN — D. DUFLOT

Les récents travaux du GIEC ont démontré l’impact des aérosols sur le climat et les conséquences sur la santé. Toutefois, de grandes incertitudes subsistent quant à leur contribution précise au forçage radiatif. Les aérosols marins sont parmi les aérosols naturels les plus abondants. Ces particules, émises sous l’effet de vagues à la surface de l’océan, sont constituées de matière organique et de sels, dans des proportions qui varient en fonction de la saisonnalité et de la taille des particules. Selon, des études récentes, des carboxylates et dicarboxylates insaturés rentreraient dans la composition des précurseurs d’aérosols marins. Les études du groupe de V. Grassian(1) ont mis en évidence une distribution non homogène des ions, organiques et non organiques, à l’interface air/ eau. Une description moléculaire de ce mécanisme permettra de mieux comprendre les interactions mises en jeu et l’enrichissement sélectif de la surface. Il s’agira dans un premier temps de caractériser les interactions entre des ions organiques (monocarboxylates et dicarboxylates) et inorganiques par des calculs de structure électronique. Des simulations de dynamique moléculaire classique ou ab initio seront ensuite conduites de façon à décrire explicitement l’interface en prenant en compte les effets de température et de concentration.

Au final, les résultats théoriques issus de cette thèse contribueront à une meilleure compréhension de la répartition des ions à la surface des aérosols et les conséquences au niveau réactivité. Les travaux s’inscriront dans le WP2 (Aerosol microphysical, chemical and optical properties from fundamental heterogeneous processes to remote sensing) du Labex CaPPA.

(1) R. Cochran et al, J. Phys. Chem. Lett. 2016, 7, 1692−1696 (DOI : 10.1021/acs.jpclett.6b00489)