Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > FR > Recherche > Physico-Chimie Moléculaire Théorique > Modélisation Quantique des Systèmes (Structure Electronique et Dynamique Interne) > Calculs de structure électronique

Nature de la liaison chimique radionucléide-ligand

par André GOMES - publié le

Notre intérêt pour la nature de la liaison chimique entre un radionucléide et son environnement est double. D’une part, dans le cadre du développement des champs de force polarisables (paragraphe0), la présence d’une contribution de « covalence » à la liaison chimique complexifie le modèle analytique décrivant les liaisons inter-atomiques, et ajoutent des termes complexes à plusieurs corps dans l’énergie d’interaction. Dans le cadre de la méthode FDE (paragraphe 0), la partition de la densité totale du système moléculaire en fragments, sera d’autant moins problématique que les liaisons inter-fragments sont peu voire non-covalentes. Au cours de plusieurs études conduites avec nos collaborateurs suédois, nous avons caractérisé la nature de l’interaction métal-ligand au sein de composés de lanthanides et actinides trivalents, et de composés de l’ion uranyle(VI). Si cette liaison peut être vue comme étant très ionique, les orbitales de valence f et d participent activement aux liaisons, notamment dans le cas des ions actinides. Les changements du degré de covalence métal-ligands sont révélés par la dynamique d’échange des ligands qui peut être étudiée non seulement par les calculs de chimie quantique précis et par des mesures de cinétique RMN.