Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Rechercher




Accueil > FR > Recherche > Dynamique non linéaire des Systèmes Optiques et Biologiques > Systèmes Biologiques > Horloges Circadiennes

Éléments sur les Horloges Circadiennes

par Webmestre - publié le

L’alternance jour/nuit induit des variations périodiques de l’environnement (lumière, température), que la plupart des organismes vivants dont l’homme, anticipent grâce à une horloge interne dite circadienne qui tournent de manière autonome sur une période proche de 24h. Les rouages de ces horloges sont des gènes et des protéines qui interagissent et modulent réciproquement leur activité de facon à osciller spontanément avec une période proche de 24 heures. La cellule peut ainsi déterminer l’heure qu’il est en fonction de la concentration ou l’activité de telle ou telle protéine.

Pour que cette horloge biochimique se cale sur le cycle jour/nuit, au moins un des acteurs moléculaires doit être sensible à des signaux extérieurs liés à ce cycle, tels que la lumière, la température ou encore la prise de nourriture. Certaines protéines peuvent être par exemple dégradées plus rapidement le soir, d’autres produites plus activement le matin.

L’horloge circadienne se prête particulièrement à bien à des approches quantitatives car elle constitue une adaptation à un phénomène physique immuable : l’alternance jour/nuit. Sa caractérisation passe par la mesure de phases, variables présentant une faible variation biologique.